Print this page
Miércoles, 23 Octubre 2019 09:59

Inauguration de l'événement Traversées à Poitiers

Written by Noémie
Rate this item
(0 votes)

 Après 230 ans de fonctions judiciaires, le Palais des ducs d’Aquitaine et tout le centre ville de Poitiers se transforme en lieu d’accueil pour un nouvel événement culturel.

 

             Le 12 octobre 2019 sur le parvis du Palais des ducs d’Aquitaine s’est déroulé l’inauguration de ce grand projet et je me devais d’y être présente. Pourquoi ? Premièrement, j’ai vécu plus de 10 ans à Poitiers, je me considère donc poitevine (et oui même si je n’y vis plus !). Deuxièmement, bien que je connaisse la ville comme ma poche, il y a des lieux que je n’ai jamais pris le temps de visiter ou qui sont habituellement fermés au public et sont exceptionnellement ouverts pour cet événement… comme je suis curieuse j’attendais cela avec impatience !

Mais avant de vous décrire ma journée, qu’est-ce que l’événement Traversées?

 

Derrière ce rendez-vous culturel, il y a tout un projet de réappropriation de l’espace du palais mais aussi du quartier ! En effet, l’ancien palais de justice est dorénavant propriété de la ville. Après une enquête auprès des poitevins sur l’avenir de cet espace, la ville lance l’événement Traversées pour célébrer la nouvelle ère qui s’ouvre pour ce bâtiment exceptionnel !Traversées est née de la proposition des deux directrices artistiques Emma Lavigne (directrice du Palais de Tokyo ) et Emmanuelle de Montgazon (spécialiste de la scène artistique japonaise). Pendant 3 mois, l’artiste sud-coréenne Kimsooja investit les lieux emblématiques et patrimoniaux de la ville. L’art contemporain rencontre l’histoire de la cité Poitevine.

 

Pourquoi Traversées? L’œuvre de l’artiste aborde les thèmes de voyage, de nomadisme et de déplacement. Les lieux où sont exposés ses œuvres vont permettre aux visiteurs de traverser la ville et de découvrir des espaces inconnus jusqu’alors. Des artistes locaux sont invités à exposer leur œuvre au public et cela représente environ 40 partenaires engagés ! C’est tout un périple qui se met en place et nous emmène à la découverte des chemins de la ville.

 

Mais revenons à notre inauguration, à 14h donc ce samedi 12 octobre sur le parvis de l’ancien palais de justice, le maire a prononcé son discours devant une foule venue se presser pour découvrir les œuvres à l’intérieur de la Salle des Pas Perdus.

 

IMG article   

La première œuvre, Archive of Mind, est une immense table elliptique avec dessus des boules en argiles où le public est invité à les modeler et à les faire rouler créant ainsi une « constellation collective ». Le tout est accompagné de l’œuvre sonore Unfolding Sphere. En voyant cette table placée au milieu la Salle des Pas Perdus, j’ai de suite pensé au grand cycle arthurien et imaginé les banquets au temps d’Aliènor d’Aquitaine !

 

Mais l’œuvre qui m’a le plus éblouie est celle de la Tour Maubergeon, inconnue du grand public. Intitulée To Breathe, l’artiste joue avec notre sens de la verticalité et de l’horizontalité. Les miroirs au sol mettent en valeur les magnifiques voûtes de la tour et le jeu de lumière passant au travers des vitraux donne un aspect presque fantastique du lieu. Le tout accompagné par un enregistrement du souffle lent de l’artiste, on en ressort apaiser et hors du temps et de l’espace (et même avec un peu le tournie en ce qui me concerne…).

 IMG article1

 

Pour quitter le Palais, nous le traversons et nous passons dans un tunnel de bois en opposition avec la pierre du bâtiment, nous emmenant de l’autre côté du palais dans la rue du Marché Notre-Dame.

Bien motivée pour continuer cette traversée de Poitiers, je me dirige vers la Cathédrale Saint-Pierre en passant par la rue de la Cathédrale décorée pour l’occasion d’une trentaine de drapeaux de pays non-reconnus ou de dictatures, exprimant ainsi le souhait d’une société solidaire.

 

 

IMG blog7   

Devant le parvis de la cathédrale, un imposant conteneur coloré occupe la place. Intitulé Bottari, Kimsooja exprime son statut d’artiste nomade car tous ses effets personnels se trouvent à l’intérieur. Ce n’est pas un hasard si ce conteneur est exposé devant la cathédrale. Cela renvoie aux pèlerins qui s’arrêtent depuis le Moyen Age dans cet édifice qui se trouve sur la route de Saint-Jacques-de-Compostelle. Je dois bien avouer qu’étant une passionnée d’art et d’exposition, il m’arrive de ne pas comprendre le message derrière une œuvre, surtout lorsqu’il s’agit d’art contemporain. Le panneau d’explication ainsi que la médiatrice culturelle m’ont aidé à interpréter le sens de cette œuvre. En parlant des médiateurs culturels, n’hésitez pas à les solliciter, ils se feront un plaisir de vous expliquer le(s) message(s) de l’œuvre ainsi que l’histoire des lieux d’expositions.

 

Je continue mon périple et arrive au Baptistère Saint-Jean. Sur la pelouse se trouve un dôme constitué de gilets de sauvetage recueillis sur l’île de Lesbos en Grèce réalisé par une étudiante en architecture, investie dans l’humanitaire, Achilleas Souras. Intitulé SOS-Save our Souls, cet abri en forme d’igloo nous renvoie à l’actualité sur les tragédies de la migration. C’est émouvant de voir tous ces gilets recyclés et exposés là, exprimant un cri d’alerte sur la situation actuelle.

IMG blog8 

C’est à la cour du musée de Sainte Croix que l’on retrouve un labyrinthe de bambou réalisé par l’artiste thaïlandais Rirkrit Tiravanija avec en son centre la maison de thé japonaise. Cette installation fait référence à l’architecture asiatique. Nous sommes invités à arpenter le labyrinthe et à trouver la maison de thé. Se balader dans ce labyrinthe permet de faire une pause et de marcher lentement jusqu’au salon de thé. Malheureusement, il me semble qu’il fallait réserver pour pouvoir assister à la cérémonie du thé… je reviendrais donc !


 

Enfin, j’ai terminé à la Chapelle Saint-Louis où est exposé un camion rempli de baluchons intitulé Bottari truck - Migrateurs. Un film est projeté montrant Kimsooja assise au sommet du camion roulant dans les rues de Vitry à Paris. Nous revenons toujours à cette notion d’accueil des réfugiés et de la migration des peuples. En traversant la chapelle, on accède à la Sacristie exceptionnellement ouverte pour l’occasion et on y trouve l’oeuvre Planted Name qui est un hommage aux victimes de migrations forcées et commémore le destin tragique des femmes et des hommes déplacés, réduits en esclavages dans la plantation de Drayton Hill en Caroline du Sud.

 

IMG article3  IMG article4 

 

Ma journée à Poitiers arrivant à sa fin, je peux dire que j’ai été ravie de me balader dans les rues de mon (ancienne) chère ville ! L’événement Traversées a su mettre en valeur le riche patrimoine de Poitiers. J’applaudis le travail déployé pour arriver à mettre en valeur des notions humaines au cœur d’une cité historique. Ces diverses oeuvres nous ramènent à l’essentiel : regarder et comprendre. Rien de plus simple et pourtant si difficile à appliquer de nos jours.

 

Evidemment, je n’ai pas pu tout faire en un après-midi… je compte bien revenir et (re)découvrir les secrets de Poitiers !

Read 1984 times Last modified on Lunes, 28 Octubre 2019 14:09