Vos idées sont notre priorité. Notre savoir faire est votre solution !
vendredi, 22 novembre 2019 19:33

Des morts dans les rues

Written by Carole
Rate this item
(0 votes)

IMG 4237

 

Il y a des morts dans nos rues.

Des morts, des gens qui ne rentreront jamais chez eux, des gens que nous ne pourrons plus jamais embrasser, écouter, sentir ou bien voir.

Il y a des morts ; tous des fils ou filles d'un père et d'une mère, probablement aussi des frères, des soeurs, des petits enfants, grands-parents et peut être des pères et des mères eux-mêmes.

Des morts qui un jour furent des êtres avec des idées, des sentiments, des émotions comme toi, comme moi, comme mon père l'était, comme ma mère continue à l'être, comme mon frère, ma soeur, ma fille, mon neveu, mon mari... Des êtres humains !

Il y a des morts et aujourd'hui je pleure ces vies éteintes, je pleure pour leur entourange, je pleure pour moi devant tant d'indolence, je pleure pour ceux qui pleurent leur absence et aussi je le fais pour un pays qui saigne avec ses morts dans la rue.

Il n'y a pas d'excuse qui puisse justifier les morts que laissent ces jours si convulsionnés au Chili, il n'y a pas des mots qui puissent effacer mes morts ; personnes que je n'ai pas connu et que malgré tout, je pleure.

Ces morts ne sont pas là aujourd'hui pour chercher de meilleurs lendemains, ils ne nous ont pas laissés, non, ils nous ont été arrachés par la force, avec violence, avec la haine, dans l'indifférence de beaucoup !

Il y a des morts dans les rues du Chili, un pays qui élève et offre refuge aux assassins, un pays qui permet la mort de chiliens qui en marchant se battent pour un meilleur pays.

 

 

There are dead on the streets.

Dead, people that will never return to their homes, people that we won't hug, hear, kiss, smell nor see ever again.

There are dead; all sons or daughters of a mother and a father, probably also siblings, grandchildren, grandparents, and parents themselves.

Dead that were once persons with ideas, feelings, emotions, like you, like me, like my father once was, like my mother still is, like my brother, my sister, my daughter, my nephew, my husband... People!

There are dead and today I cry their extinct lives, I cry for all their surroundings, I cry for myself, for I witness so much indolence, I cry for those that cry their absence and I also do it for a country that bleeds with dead on the streets.

There are no excuses that justify the dead that these convulsed days have left in Chile, there are no words that could erase my dead; those that I never knew and yet I still cry and mourn1.

Those dead today are not here for searching a better tomorrow, they didn't leave us, no, they were taken from us by force, with violence, with hate, with that indolent indifference of so many!

There are dead on the streets of Chile, a country that shelters and raises murderers, a country that allows the death of Chileans that marching once tried to make a better country.

1: Note: Please take notice that the word "mourning" in spanish can also mean "dueling".

 

 

Read 356 times Last modified on vendredi, 22 novembre 2019 20:27
More in this category: « Des airs de justice

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Nous Contacter

Saisir le formulaire